Bienvenue sur le site  de la Madeleinerie Mamy Therese. N'hesitez pas a nous contacter: contact@mamytherese.com
la madeleinerie

la tradition

mamy therese

la madeleinerie
La vraie histoire de la madeleine née en Lorraine au XVIIIème siècle
Quatre petites syllabes qui, mises bout à bout, désignent une des gourmandises les plus célèbres de la gastronomie française. Oblongue et replète, cette pâtisserie en forme de coquillage est apparue au XVIIIème siècle en Lorraine. On raconte que c’est au cours d’un banquet donné au château de Commercy pour le roi Stanislas de Pologne, alors en exil, et devenu Duc de Lorraine par la grâce de son beau-fils, Louis XV, qu’elle fut inventée. Ce jour-là, une vive altercation sur la qualité du dessert vit le chef pâtissier, vexé, partir avec l’objet de la discorde. C’est alors qu’une modeste femme de chambre, Madeleine Paulmier, proposa, en toute hâte, une vieille recette de sa grand-mère. Le roi en fut tellement satisfait, qu’on décida de donner à ces douceurs fort appétissantes le prénom de cette servante providentielle.

C’est au début du XXème siècle, que le gâteau rencontra sa vraie popularité. Proposée tout d’abord aux Nancéens (ou Nancéiens, on peut dire et écrire les deux orthographes !) venus en ballade le week-end aux abords de la Moselle, la madeleine fit ensuite son entrée au sein même des gares régionales. Les vendeuses en faisaient alors l’article à la criée avec de larges paniers accrochés aux épaules, et assuraient ainsi le spectacle aux voyageurs pris d’une petite faim, qui ne boudaient pas leur plaisir. L’arrivée en gare était alors, en Lorraine, très attendue par les voyageurs gourmands… Les gares lorraines (Commercy, Toul, Nancy pour ne citer qu’elles) étaient alors réputées comme les plus « gourmandes » de France.

LA LORRAINE, terre de nos aïeux…
la madeleinerie
La Madeleinerie Mamy Thérèse, la gourmandise en héritage…

mamy therese

1880 la madeleinerie

la boulangerie

dans un joli petit village du sud de la Lorraine, en lisière de la ligne verte des Vosges, Auguste-François et Marie-Eugénie Cadix, boulangers-pâtissiers de profession, ravissaient eux aussi les papilles de leur clientèle grâce à de délicieuses madeleines, réputées bien au-delà du canton.

n
1914 la madeleinerie

l'epicerie fine

ans l’arrière-cour de la maison où la boulangerie-pâtisserie était installée. Lorsqu’Auguste-François tomba en 1914 sur le front de la guerre, Marie-Eugénie, sa veuve, transforma sa boulangerie-pâtisserie en épicerie fine où chacun aimait s’y retrouver.

g
1935 la madeleinerie

LE MARIAGE

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco

s
1970 la madeleinerie

L'HÉRITAGE

Par la suite, leur belle-fille Thérèse, cuisinière accomplie et grand-mère attentionnée, fit profiter quelques rares privilégiés de la précieuse recette, dont le tout jeune Jacques Mercier, son petit-fils. Ah, quelles étaient savoureuses et fondantes les madeleines de Mamy Thérèse !

g
1990 la madeleinerie

LE SOUVENIR

C’est bel et bien ce souvenir Proustien qui anime aujourd’hui Jacques Mercier, encore enivré par les effluves de madeleines chaudes, tout juste sorties du four de Mamy Thérèse. Plus que jamais, il souhaite faire partager cette promesse d’un véritable régal qui le fait encore et toujours saliver.

s
2016 la madeleinerie

1er POINT DE VENTE

C’est décidé, Nous allons vous faire redécouvrir la vraie madeleine, celle qui allie qualité irréprochable, fraîcheur et saveur inégalée

g
2020 la madeleinerie

OUVERTURE

ouverture du laboratoire MAMY-THERESE en région Occitanie

s
Top